| Rouen. Le nouveau coffeshop : Prélude.

Toute nouvelle adresse ouverte il y a un an pile, mais qui en est déjà à son deuxième nom ! Initialement nommé Dune, ce petit café nous accueille place de la pucelle, en plein coeur de Rouen. Leur créneau ? Consommer local et de saison. Cette adresse suit pleinement la tendance du latte art, du lunch sur le pousse et pauses gouters gourmandes. Le tout avec un accueil extrêmement chaleureux.

On se retrouve où ?

On se retrouve à l’une des tables, qui se compte sur le doigt de la main. Le café n’est pas très grand, mais cosy et l’ambiance du bois donne une touche chaleureuse. Il y pour les petits groupes un salon et une terrasse pour les jours ensoleillés.

img_0597-e1552341220817.jpg

On a droit à quoi dans l’assiette ?

Tous les midis, la carte nous propose trois sortes de bouddhas bowl : végétarien (voire végétalien certaines semaines), avec poisson ou avec viande. Beaucoup de régimes sont contentés. C’est la première fois que je goutais ce type de plat, qui me rappelait surtout les assiettes que nous faisons quand le frigo est plein de fin de repas à terminer. J’ai été très agréablement surprise par mon assiette, les saveurs s’alliant très bien, les portions étant raisonnables pour une pause le midi. Mon idée de départ du bowling était complètement erronée !

Les desserts et cafés sont très bons, un petit bémol pour le granola dont la quantité me paraît un peu petite.

Prélude est ouvert tous les jours et proposent donc un brunch le dimanche. Je n’ai pas encore testé, mais on y retrouve les fameux avocats toasts ! De plus en plus d’adresses proposent le brunch le dimanche à Rouen, ça va être un plaisir de les découvrir.

Tous les plats proposés sont fait maison.

Aimable la dame de l’accueil ?

Je pense pas avoir connu de restaurant avec un accueil aussi attentionné. Un sourire, une réelle envie de vous faire passer un bon moment. Un peu d’attente ? On m’a proposé un café. Fin de journée et plus de gateau ? On me propose grâcieusement l’entame d’un gâteau. Malgré le côté exigu du café, je n’ai pas été refoulé quand je suis arrivée avec une poussette malgré que ce soit l’heure de pointe. J’ai adoré toutes les petites attentions à chacun de mes passages et au delà de la qualité de la carte, c’est cela qui m’a fait revenir.

img_0496.jpg

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

Les prix pratiqués sont ceux vus ailleurs. La note sera proportionnelle à votre appétit !

Prélude
2 Place de la Pucelle D Orleans, 76000 Rouen
+33 9 87 46 98 53

Publicités

| Nouvel an asiatique : Moules à la citronelle

img_1340.jpg

On continue dans les plats asiatiques avec cette recette de moule revisitée. On achète paradoxalement assez peu de moules, c’est en passant devant que j’ai eu envie de les mettre dans mon caddie. En pleine semaine asiatique, j’ai eu envie de changer de la traditionnelle version à la marinière. Un bâton de citronnelle mixer et une boite de coco ouverte, nous voici avec une recette exotique.

J’ai choisi de cuisiner la sauce à part, afin de ne pas retrouver les morceaux de citronnelle dans l’assiette.

Ingrédients : 1 bon kilo de moules / 1 boite de coco 90% / 2 bâtons de citronnelle / 1 gousse d’ail / 2cm de gingembre / eau /  Ngo gai

Nettoyer les moules si besoin et enlever leur barbe. Prenez une grand casserole remplis d’eau NON salée. Y mettre les moules et laisse cuire une petite quinzaine de minutes. Les moules sont cuites quand elles sont ouvertes.

Parallèlement mixer grossièrement la citronnelle l’ail et le gingembre. Les faire revenir à sec un maximum de trente secondes. Ajouter le lait et faire cuire à feu doux cinq minutes. Quand les moules sont cuites, ajouter deux louches d’eau de cuisson à au lait de coco. Passer la sauce au chinois puis ajouter quelques feuilles de ngo ciselée. Servir les moules avec la sauce coco sur le côté, avec du riz blanc fumant.

img_1341.jpg

| Bataille Food #64 de Karibo Sakafo : Escales gourmandes dans les cuisines de l’Asie

ob_24db05_img-4392Lina, du blog Chaud Patate a désigné Karibo comme marraine de la 64me édition de la battle food. Le principe du jeu créé par Bistro de Jenna et géré par 123Dégustez ? un parrain ou une marraine choisit un thème et le premier mercredi de chaque mois, les participants, blogueurs ou non publient leurs recettes à 18h.

Le créneau de cette battle food ? La cuisine asiatique. La cuisine ici oscille entre ses origines européennes et africaines, l’asiatique a l’avantage de regrouper l’intérêt des différentes papilles à la maison. Une virée chez le chinois a toujours mis tout le monde d’accord. Ce thème ne pouvant pas mieux tomber et sera aussi l’occasion de relancer ce blog, laissé pour mort depuis des mois. Les casseroles sont toujours quotidiennement sorties, mais les recettes ne sont pas forcément nouvelles ou sont celles d’autres blogs. L’appareil photo a aussi pris quelques vacances…

Pour ma part la cuisine asiatique rime avec sushi évidemment (mais que je me fais tjs livrer), citron vert et lait de coco pour son coté thaï, ou ses bouteilles de différentes sauces, les soja, les huitres ou hoisin pour la version chinoise. Sans oublier la cuisine d’Asie centrale qui a une toute autre saveur. Un assiette de mantou ou d’ashak me font toujours rêver !

Pour cette battle food j’ai fait la recette deux fois. La première sous forme d’hamburger, c’était bon mais les photos n’étaient pas assez réussies à mon goût. J’ai donc recommencé le lendemain sous forme de boulettes, c’était plus simple et rapide.
La sauce aigre douce donne un côté pimenté. Je l’ai incorporé aux boulettes mais je pense qu’elle peut très bien se servir sur le côté sans incorporation au préalable.

Ingrédients : 250g de viande de porc hachée nature / 4 gousses d’ail /  2cm de gingembre / Une cuillère à soupe de sauce nem sucré ou sauce aigre douce / un petit oignon jaune / ciboulette.

Mixer les gousses d’ail, l’oignon et le gingembre. Incorporer ensuite la viande hachée et la sauce. Façonner les boulettes. Après avoir mis un filet d’huile, les faire cuire à couvert sur feu moyen cinq à dix minutes. La ciboulette ciselée vous servira pour décoration.
J’ai servi ces boulettes avec une purée de potimarron assez liquide afin que cela ne soit pas trop sec et un peu de riz blanc.

Je vous laisse piocher d’autres idées chez les autres participants de cette battle food : Karibo Sakafo  – 123…dégustez!FamohCuisine à 4 mains-J’ai toujours aimé le jaune moutarde – My nomad cuisine-ça ne sent pas un peu le brûlé là – MarlyzenKeskonmangemaman – J’aime pas la salade – Magg kitchenette – Le blog de Cata – La médecine passe par la cuisine Mes inspirations culinaires Dans la cuisine de Djanisse – Aussi délicieux qu’un gâteau – Graine de faim kely

| Fond de placard hivernal : la crozi-clette

Dans les placards de cuisine, du moins à la maison, il y a tout un tas de choses qui y dorment. On achète différentes farines pour en utiliser qu’une au final, tout un tas de pâtes, les chinoises, les 1000 façons de faire à l’italienne pour ne manger surtout des pennes et les nouilles de riz. Plus tout un tas d’autres conserves et d’aliment un plus exotiques. La décision a été prise de ne plus racheter de nouvelles pâtes, farine et autres tant qu’un cousin de le-dit aliment traine dans le placard. Objectif affiché : faire du tri dans un buffet trop plein. Et on fait appel à l’imagination pour les incorporer dans la cuisine au quotidien en détournant des recettes classiques.

Le coupable du jour, des crozets qui trainaient depuis des moins dans le placard. Un jour où j’avais envie de croziflette j’ai mis ce sachet dans le caddie, sans l’avoir fait. Un lendemain de raclette, où j’en avais acheté de trop (oui c’est possible), un fond de pot de crème crue qui trainait, un oignon germé, me voilà lancée dans une recette mix raclette/croziflette. Deux plats savoyards en un !

Ingrédients (pour 4 personnes) : 200g de crozet / 350g de raclette au lait cru / 300g d’allumettes natures ou fumées / 2 oignons / 2 gousses d’ail / 20cl de crème / poivre.

Faire cuire les crozets dans de l’eau non salée une vingtaine de minutes. Pendant ce temps faire revenir les allumettes. En fin de cuisson enlever le gras. Emincer très finement les oignons et les gousses d’ail, ainsi que découper en très petits morceaux la raclette. Egoutter les crozets et les mélanger avec la raclette, oignon, ail, allumettes et la crème. Poivrer et saler si besoin. Mettre le tout dans un plat à gratin et enfourner pour vingt minutes à 180 degrés. Une salade pour accompagner si vous avez quelques remords « healthy ». Mais nous concernant on avait aucune autre verdure dans le frigo 🙂

| Paris. Une petite virée dans le 20me

Premier arrêt, l’exposition Willy Ronis.

Cette expo se mérite puisque cachée dans le 20me mais vaut largement le déplacement. Le Pavillon Carré de Baudoin propose une retrospective sur ce photographe « humaniste » du 20me siècle. Plus de deux cents photos sont exposées, des albums à partir de bornes composées de tablettes interactives sont à disposition avec pour certaines des commentaires du photographe lui-même ainsi qu’un film de 50mn et d’autres vidéos réalisés sur Willy Ronis sont projetées. Cette multitude de support rende l’exposition très intéressante et instructive.  J’ai particulièrement aimé le fait que les commentaires du photographe lui-même avait été laissé pour quelques une de ces photos.

En plus de ces supports, des visites guidées sont organisées en début de mois.

Cette retrospective a beaucoup de succès (privilégiez une visite en semaine), elle a été prolongée jusque janvier. Et cerise sur le gateau, elle est entièrement gratuite !

D’autres avis sur la question : Aurore In Paris & Paris Perdu

Pavillon Carré de Baudoin, 121 rue de Ménilmontant, Paris 20e.
Jusqu’au 2 janvier 2019.

Deuxième arrêt : la pause dej à l’échappée, le bistrot thai.

Il nous fallait manger rapidement. En remontant par la rue boyer, j’étais passée devant cette adresse dont la porte était placardée d’autocollants vantant leur mérite au cours des dernières années.

D’aspect extérieur, un vieux bistrot parisien, au menu, aucunes franchouillardises mais des spécialités thaï. Pas celle vues et revues partout, un menu proposant quatre ou cinq entrées, le même nombre pout le plat et de dessert. La cuisine est excellente, servie rapidement avec un large sourire.

Le prix des menus est plus que correct, moins de 15 euros pour la formule entrée/plat le midi. Qui dit mieux ?

D’autres avis sur la question : Paris Food

Adresse : 38 Rue Boyer, 75020 Paris
Métro Belleville/Père Lachaise

| Paresse aux fourneaux . Le bouillon du pho.

J’ai testé l’hiver dernier la fabrication d’un bouillon pho de volaille de A à Z en suivant la recette du blog Marlyzen. La recette a de quoi séduire mais demande une journée en cuisine, la cuisson de la volaille en plusieurs étapes prenant plusieurs heures.  L’envie de manger un pho me prenant régulièrement, n’ayant pas forcément envie de rester la journée devant les fourneaux et n’habitant pas (plus) à coté d’un quartier chinois, je me suis mis en quête de retrouver le goût du pho avec une recette requérant un minimum de temps.

Ingrédients pour un bouillon pho express : un carré de bouillon (idéalement celui prévu pour le pho, sinon je prends le plus souvent un bouillon de volaille),  75cl d’eau, du gingembre (en fonction de vos goûts, j’y mets en général un morceau de plusieurs centimètre ), de la coriandre en grain ou à défaut moulue (deux à trois cuillères à soupe), deux étoiles de badiane, un quart de cuillère à soupe de cannelle, un demi oignon, un ou deux clous de girofle.

Pour se rapprocher du bouillon du pho traditionnel, et au vu de tout ce que j’ai pu voir sur le net, l’étape primordiale est celle de l’oignon. Il faudra le faire revenir à sec. Cela aide à obtenir la couleur et le goût du bouillon d’un pho, bien plus que le mélange d’épice.

Quand celui-ci aura bruni, ajouter les épices et les faire revenir 30 secondes maximum (toujours à sec). Mettre le tout dans un filtre à café (ou un gaze), le fermer pour le remettre dans la casserole avec l’eau et le bouillon. Mettre à ébullition puis laisser sur feu moyen une dizaine de minute. Le bouillon est prêt!

Ensuite à votre imagination pour constituer la soupe, soit une version traditionelle avec nouilles de riz, haricots mungo et autres herbes aromatiques asiatiques ou alors des versions un peu plus fantaisistes comme ce pho ci-dessous aux boulettes de porc aux quatre épices & basilic. Il est aussi très simple de twister des restes dans un pho avec un reste de viande et quelques herbes aromatiques.

| Prolonger l’été à la maison : le barbecue

Le barbecue est synonyme de vacances, de chaleur, de farniente, de soirées qui s’allongent, de rosé (pamplemousse), de batailles avec quelques (!) moustiques et guêpes aussi. De retour de vacances (ou non) le barbecue permet de ramener l’insouciance des vacances à la maison.

img_8782

Le temps en Normandie fut très bon, comme un peu partout je crois cette année !  Le barbecue fut allumé régulièrement. On y a fait des kilos de chipolatas et de pommes de terre accompagnées de leur sauce yaourt ainsi qu’autres camemberts. Mais pas que ce ne soit pas bon, il est toujours sympa de varier les menus. On y a fait aussi des poissons, du poulet et tout un tas de salades de crudités pour accompagner. Et si en plus vous on peut y faire un tour du monde culinaire, c’est tout bonus ! Ci dessous une sélection de recettes, glanées sur le net ou en fonction du placard.

Bon appétit !

  • Pour les carnivores :

les ribs de porc [ Amérique ] : un classique qui se fait aussi bien au four qu’en barbecue (comme toutes les recettes ci-dessous me direz vous). Le seul point à suivre, préparer le tout bien à l’avance. Idéalement, préparer la sauce 48h à l’avance pour la faire mariner 24h « seule » puis la viande 24h. Elle en sera meilleure. La recette de la sauce barbecue n’est pas mienne, mais je la trouve excellente et la refait religieusement à chaque fois : une boite de concentré de tomate (140g), une bouteille de sauce worcestershire, 1dl de bouillon de légume, deux gousses d’ail émincé, 5cs de miel, 5cs d’huile d’olive, du thym de l’estragon et du poivre si besoin. Mixer et laisser reposer 24h puis faire mariner la viande pendant 24h.
Poulet Yassa [ Sénégal ] : cette fois-ci mon maitre de cuisine fut le chanteur Youssou’n dour. Monter le son et sortez les citrons verts ! Il faudra prévoir de démarrer la veille en préparant la marinade. Mettre le poulet (ou les cuisses)  que vous aurez entaillé dans un grand récipient. Dans les entailles y mettre un mélange de deux têtes d’ail émincés, un cube de bouillon, deux bonnes cuillères de poivre et si vos papilles le permettent du piment. Verser ensuite sur le poulet le jus de six citrons verts, deux cuillères d’huile et un cube de bouillon effrité. Emincer les 10 oignons, (faut pas avoir peur, ça sera délicieux) les ajouter, mélanger le tour, rajouter encore une cuillère de vinaigre (blanc) et un autre cube émietté. Laisser mariner 24h. Au moment de la cuisson, égoutter le poulet. Dans la marinade rajouter un autre cube, des feuilles de laurier et un verre d’eau. Au moment de servir ajouter 100g d’olives dénoyautées. Cette recette peut aussi se faire avec de l’agneau ou de la dorade et s’accompagne de millet ou de riz (cassé).

  • Pour ceux qui aiment le poisson :

Dorade à la vietnamienne [ Vietnam ] : aux hasards des clics j’ai trouvé une recette de poisson à la sauce vietnamienne. Cette recette, tirée du site Plat Vietnam, fut refaite plusieurs fois et fut toujours un succès. Préparer la sauce (qui donne vraiment tout le sens à cette recette): dans un bol, mélanger deux cuillères à soupe d’eau, trois cuillères à soupe de sauce de poisson, le sucre, deux cuillères à soupe de jus de citron vert, ajouter un centimètre de gingembre, une gousse d’ail et une point de piment si vous le souhaitez. Couper le gingembre en julienne et hacher l’ail pour farcir le ventre du poisson avec l’ai haché,  l’échalote ciselée, le gingembre pour le parfumer pendant la cuisson.Je n’au pas mis de ciboulette mais j’y ajoute volontiers de l’échalote en lieu et place. Lancer la cuisson et servir ensuite avec la sauce.
Maquereau au sumac : j’ai découvert grâce au livre « Jérusalem » l’épice sumac. J’ai commencé à en mettre partout, comme par exemple dans ces maquereaux, avec quelques rondelles de citrons, du sel, du poivre, tout simplement.

  • Les accompagnements végétariens :

Aubergines & sauce yaourt au sumac [ Azerbaïdjan ], tiré du blog Piment Oiseau.Il s’agit d’aubergines accompagnées d’une sauce au yaourt avec du sumac. C’est simplissime. Couper en dé à l’avance les aubergines puis les parsemer de gros sel. Elles attendront sagement dans une passoire le temps de préparer la sauce, vous saurez tout en cliquant ici. Au moment de la cuisson faire des petits paquets dans du papier aluminium.
Salade de pêches & tomates. Une salade d’accompagnement qui plaira à toute personne adepte du sucré/salé. Vous mettrez dans un plat coupé en dé : trois/quatre tomates, deux pêches, une boule de scamorza fumée, une boule de mozzarella (typiquement de la gourmandise), deux échalotes, jus de deux citrons verts, deux trois cuillère d’huile d’olive, herbe aromatiques (basilic ou origan).
Achard Tomates / Concombre  [ Madagascar ] : un grand mot pour une salade de crudités aux saveurs exotiques. Je pourrais en manger des tonnes ! A l’avance, dessaler le concombre coupé finement. Hacher très finement deux gousses d’ail, un à deux centimètres de gingembre et une ou deux échalotes. Ajouter le jus de deux citrons vert. Mettre ses derniers ingrédients dans le bol et faire mariner un peu (facultatif mais je trouve ça meilleur). Au moment de passer à table, couper les tomates en petite morceaux et mélanger le tout dans un grand saladier. Saler & poivrer à votre convenance.
Salade de betterave d’Ottolenghi  [ Israël ] : on ne présente plus Ottolenghi, chef cuisinier israélien. Toutes ces recettes font un carton et je referai de faire une halte dans une de ses adresses londoniennes. En attendant,  je vous livre une des recettes du livre « Jerusalem ». A la base c’est un dit, que j’ai transformé en salade. Dans un bol préparer la sauce en mélangeant deux gousses d’ail écrasées, un petit piment épépiné, une bonne cuillère à soupe de sirop de date (pouvait être remplacé par du sirop d’érable ou du miel liquide), une cuillère à soupe de zaatar ainsi que deux oignons nouveaux émincés. Dans un saladier, 900g de betterave cuite coupé en petits dés, une poignée de noisettes concassées et 100g de fromage de chèvre émiettée.

  • Et le dessert, des rondelles d’ananas ! Rien de plus simple, couper les ananas en rondelles,  ajouter du sucre ou du miel, le tout dans un papier d’aluminium direction le barbecue !

img_9190-e1534786329515.jpg

| Normandie. Quand je vais manger à Rouen…

 

IMG_7620
Une pause midi chez « Les Cousines »

Ce post m’a pris quelques mois, je crois bien avoir commencé à le rédiger l’été dernier au fil des trous dans mon emploi du temps. Ce post regroupe les adresses testées sur la région rouennaise. La liste n’est pas exhaustive, se limitant à ma mémoire mais aussi à celles dont j’avais réellement envie de parler. La liste est déjà longue, et au vue de toutes les nouvelles adresses qui ouvrent, va s’agrandir encore. Avis aux amateurs, je publie plus régulièrement sur Instagram les adresses testées.

Aux rouennais qui passent par là, n’hésitez pas à partager vos bonnes adresses 🙂

Le Bambou, sans prétention mais qui pourrait en avoir

A ma connaissance LE restaurant vietnamien de Rouen, je n’en connais pas d’autre. Le restaurant est tout petit, une déco très « verte » avec des horaires aléatoires. La cuisine est ouverte, vous y verrez que tout est fait maison. On y trouve le pho, bo bun, banh cuon… C’est bon et c’est frais, j’y retourne sans hésitation.
Adresse : 32 rue des Fossés Louis VIII 76000 Rouen

Citizen, coffeeshop pour hipster rouennais.

LE coffeeshop de Rouen, idem, je n’en connais pas d’autres dans la région. La décoration a été récemment entièrement refaite, elle donne plus de caractère au lieu. J’aime beaucoup (je suis en pleine phase d’adoration du marbre, mon banquier moins) Quant à la carte, on y retrouve des classiques (avocado toast & co) et régulièrement des nouveautés pour le midi. Je m’y suis arrêtée de nombreuses fois, pour manger un midi ou une part de gâteau. Je n’ai jms été déçue par la qualité, la quantité dans l’assiette est parfois à revoir pour certains plats du midi (hors classiques). Ils proposent un brunch le samedi, et seulement en décembre le dimanche aussi. Lui est gargantuesque !
Adresse : 4 rue de l’écureuil, 76000 Rouen

– Café Perdu, la nouvelle adresse rue d’amiens

Nouvelle adresse rue d’amiens pour y manger le midi et y boire un verre le soir. Acceuil sympathique,un peu décalé. Assiette tout fait maison correcte, surtout pour le prix. 10e le midi (plat/dessert), rapport qualité/prix imbattable ! Réservation plus que conseillée.
Adresse : 44 rue d’Amiens, 76000 Rouen

– La Rose des Vents, brocante & cuisine  coup de ♥ 2018

Une adresse connue chez les initiés.  Cette adresse, perdue dans une des rues piétonnes de Rouen, est un restaurant/salon de thé dans une brocante. Cela donne une déco décalée, tendance vintage, que perso j’aime beaucoup. Au menu chaque semaine deux nouveaux plats ou deux nouveaux desserts. J’y avais gouté le ceviche, il était excellent ! Le service est tout aussi généreux que les plats.
Adresse (nouvelle depuis décembre 2018) : 33 place de la basse vieille tour, 76000 Rouen

img_3803.jpg

– Kaboul, restaurant afghan

Une visite qui date de quelques mois déjà. Au hasard des rues et de nos envies, nous sommes rentrés dans ce restaurant. Il était tôt, le restaurant était vide. Les plats étaient délicieux, mais on a regretté que certains plats ne soient pas disponibles (aux oubliettes les ashaks 😥 ) et la froideur du lieu.
Adresse :  65-67, rue d’Amiens, 76000 Rouen

Les cousines, « elle a tout d’une grande »

Petit salon de thé riquiqui (impossible d’y entrer avec une poussette, privilégiez la terrasse dans ce cas-là), qui propose salé & sucré, du tout fait maison. L’accueil est adorable, les cheesecakes se défendent bien, tout comme le salé (même si j’aimerai peut être une assiette un peu plus garnie). Un endroit où l’on s’y sent bien mais pas pour gros appétit.
*Attention pas de paiement par CB
Adresse : 16, Place Lieutenant Aubert, 76000 Rouen

IMG_7625

– Chez nou, un chinois qui ne fait pas du riz cantonais
Fermé

Une adresse chinoise dans un décor contemporain sans aucune chinoiserie, qui l’eu cru ? Encore mieux, on ne trouvera pas à la carte de bœuf/champignons noirs ou riz cantonais (au grand dam d’une commentatrice sur trip advisor ! ). Du fait maison, de la soupe, des pâtes, en bouillon ou en sauce. Attention aux papilles sensibles mon plat était un peu relevé (j’avais pris un bouillon). L’accueil est aux petits soins, une adresse que je recommande chaleureusement.
Adresse : 10 Rue Percière, 76000 Rouen

– Dame Cake, le classique

Un lieu qui n’est plus à présenter pour tout rouennais. Ce salon de de thé aux allures de maison de poupée se trouve à côté de la cathédrale. On peut y manger le midi et y gouter. Le lieu est très couru, la réservation n’est possible que pour le midi. Dans l’assiette des quiches, tartes ou salades, une liste des dessert qui change en fonction des saisons et une très belles offres de boissons chaudes. Vous n’y serez pas déçus.
Adresse : 70, Rue Saint-Romain, 76000 Rouen

– resto Ho Lamian
A Paris existe les « pates vivantes », à Rouen nous avons le « Ho Lamian ». Sans rivaliser avec son confère parisien, nous avons à la carte des plats bien assaisonnés : pates faites devants nos yeux, des bouillons ou encore quelques spécialités vapeur. L’endroit s’est agrandi mais reste trop petit par rapport au nombre de visiteurs. On reste tout de même à l’étroit. Le service est quant à lui rapide.
Adresse : 243 Rue Eau de Robec, 76000 Rouen

– In situ, du bon pour les yeux & les papilles

Un très bel endroit, Rouen commence à regorger d’endroit sympa pour les papilles et les yeux ! Mention spéciale pour la décoration& la disposition dans l’assiette. Testé un vendredi midi avec une copine, nous avons goûté le plat du jour et une entrée « hors menu ». Si l’entrée (un tartare de poisson) ne m’avait pas transcendé, nous avons toutes les deux adoré nos plats du jour, parfaitement assaisonnés. Par manque de temps nous n’avons pas pris de dessert mais j’y retournerai. Le service est au petit soin, et les prix des menus très abordables en semaine.
Adresse : 35 Rue Jean Lecanuet, 76000 Rouen

– Trend, l’adresse burger à faire  coup de ♥ 2018
Si vous êtes fan de burger ou souhaitez faire un classement du meilleur burger, je vous conseille de passer par cette adresse.  La carte mixe avec les immuables mais proposent aussi des burgers du mois pour éviter toute lassitude. Les portions sont généreuses, le service apprécié, et encore une fois une chouette déco !
Adresse : 28 places des carmes, 76000 Rouen

IMG_0644

– Anti conformiste, comme son nom l’indique.   coup de ♥ 2018
Testé à emporter et donc très rapidement, j’avais tout de même envie de parler de cet endroit. A la carte, des spécialités du monde comme les ashak afghans, des mantis ouzbeks ou encore un mijoté de bœuf bien franchouillard. J’ai adoré ce que j’ai pris à emporter, et j’ai d’autant plus apprécié que le propriétaire me dépanne de couverts, souhaitant manger le plat à l’extérieur. Restaurant que j’ai conseillé, les personnes en sont revenues enchantées.
Adresse : 11 rue Père Adam 76000 Rouen

– 231 East Street, le coin burger de St Sever

Ceci n’est pas une adresse purement normande, c’est une chaine spécialisé dans le burgers que nous retrouvons dans toute la France. La carte n’est pas immense, mais dans toutes les adresses testées (sur Rouen, Paris & Val d’Europe), aucun burger ne m’a pas déçu. Cette adresse prône le burger classique : du bon pain, un steak dont vous choisirez la cuisson, la sauce et la garniture. A la carte existe aussi un burger veggie (non testé à ce jour). Servi avec des frites, salade ou coleslaw. Je prends peu de dessert car souvent calée avant ! Le service est rapide, on commande & nous sommes appelés au comptoir dès que la commande est prête.
Adresse :  Centre Commercial Saint-Sever, 76100 Rouen.

Le chalet, manger rapidement à St Sever
Brasserie avec terrasse sur St Sever. Le choix est immense, le service rapide et plat du jour pour changer les habitudes. Les proportions ne sont pas à l’économie, le décor est rustique. Vous n’y réserverez pas pour un diner romantique mais entre potes ou collègues, l’adresse conviendra tout à fait.
Adresse :  Place De La Verrerie – Centre Commercial Saint-Sever, 76100 Rouen. 

Hygge, adresse sans gluten.  coup de ♥ 2018
Testé un samedi après un tour de roue, nous sommes allées nous réchauffer avec une tarte citron meringué & un cappuccino.  L’accent est mis sur la cuisine sans gluten mais tout pour autant savoureuse et une déco cosy à souhait . Nous avons pû gouter à côté du poêle. L’adresse est toute nouvelle (création décembre 2017) mais il faut déjà penser à réserver pour y manger un midi.
Adresse : 15, Rue Ste Croix des Pelletiers, 76000 Rouen

L’empreinte, le bar à dessert.  coup de ♥ 2018
Testé lors de goûters et du brunch je ne démords pas de cette adresse. les desserts sont à tomber et leur café (chemex) est excellent. La carte des pâtisseries changent régulièrement et le visuel des desserts un régal pour les yeux.
Adresse : 11 rue damiette, 76000 Rouen

En bordure de Rouen :

Au bon accueil, asiatique à volonté
Le buffet est de taille correcte, assez grand pour le choix, pas trop pour que ça tourne assez souvent. Les plats proposée sont ceux que vous trouverez dans de nombreux buffets asiatiques. Service wok, et depuis quelques mois des sushis se sont invités dans la danse. Je n’ai jamais été déçue, même si je regrette la proportion un peu trop importante de riz dans les sushis. Accessible en métro.
Adresse :  125 avenue Jean Jaures, 76140 Le Petit Quevilly.

– Le Darnétal, couscous
La visite remonte un peu mais j’en garde un très bon souvenir. Au menu couscous et tajine de bonne facture servi avec le sourire. Le tout à des prix très correct.
Adresse :  2 rue Albert Fauquet 76160 Darnétal 

IMG_4874

Le Sud 3, le routier à l’ambiance chaleureuse
Adresse très connue des chauffeurs, cette adresse vaut le détour. Elle ne paie pas de mine d’extérieur, si on ne connait pas on ne rentre pas. Tout est fait maison, jusqu’à la mayonnaise & les frites. Le steak haché vaut entre 2 et trois fois la quantité d’un steak « industriel », les entrées sont à volonté comme les accompagnants (vin, cidre, eau parfois…). Vous ressortez calé pour deux jours pour le même prix qu’un Mac Do.
Adresse :  42, AV du Général Leclerc, 76120 Le Grand Quevilly

| Normandie. Adresses trouvillaises pour profiter de la fin de saison au bord de mer

Trouville à deux heures de Paris, une heure de chez moi. C’est incontestablement un lieu apprécié.  Il y a encore quelques temps je ne pensais pas que j’aimerai autant ce coin. Parce que Trouville rimait avec Deauville et je n’avais pas aimé l’ambiance lors de précédentes visites. Et puis, et puis. Voilà que j’y passe quelques journées « off », pour profiter du calme du bord de mer, en hors saison. Vous me connaissez, escapade rime aussi avec bonnes adresses. Je n’ai pas encore eu la chance de tester VillaGipsy, mais cela m’a donné l’opportunité de tester deux autres adresses.

L’adresse surprise :  l’inatendu (on rigole les gens)

Découvert complètement au hasard et sur les conseils de locaux, le restaurant Inattendu : une petite merveille ! Situé proche de la rue des bains, légèrement en retrait du bord de mer dans un cadre moderne. Une terrasse pour profiter du soleil l’été, une cheminée que j’espère pouvoir profiter un hiver.

La toute première fois j’y ai mangé un thon mi cuit, sauce vanille (on m’achète facilement dès qu’il y de la vanille), accompagné de boulgour et de petits légumes. Une tuerie intersidérale ! Je n’avais jamais goûté de mi-cuit dont la cuisson était aussi parfaitement maitrisée. Il n’y a pas toujours de plateau de fruit de mer, mais vous pouvez goûter des crevettes ou des boulots en entrée en lieu et place. La carte change régulièrement, à surveiller . La carte de vin est aussi toute sympathique.

Coté prix, la qualité se paie.  Entre 5/10€ l’entrée/dessert, environ 15/20€ le plat. Mais pour une telle qualité dans l’assiette je dis oui.

L’Inattendu 18 Rue Pellerin, 14360 Trouville-sur-Mer

Leopold, salon de thé

Villagipsy et Arome étant fermé nous avons testé Leopold, un salon de thé cosy. La carte de thé Daman frère est immense, vous ne pourrez que trouver votre bonheur ! La tarte paysanne était un véritable délice, le dessus croustillant, encore toute chaude servie avec de la crème fraiche. Des gens y brunchait quand nous sommes arrivées, il est possible d’y manger aussi le midi. On y trouve aussi une terrasse. Quant aux prix compter entre 5 & 10€ pour un thé et une pâtisserie.

Leopold 3 rue des Bains 14360 Trouville-sur-Mer
(une adresse existe aussi à Honfleur)

 

| Normandie. La plage de Pourville-sur-Mer

Pourville3

Cette année nous sommes partis en vacances… chez nous ! Nous avons découvert en juillet la plage de Pourville-sur-Mer, située en dessous de Dieppe, sur la côte d’albâtre. Il faisait chaud dans les terres ce dimanche là, la marée était basse. Nous avons pu profiter du sable, de la fraicheur de la mer sans avoir marcher sur nos voisins ou payer de parking. Une très bonne alternative à la côte fleurie !

POURVILLE2.jpg