| La grosse gourmandise. Tartare de boeuf.

IMG_4464

Aujourd’hui c’est une vraie-fausse recette puisqu’elle est plus qu’inspirée de celle de Tortore. Je suis une grande fan de tartare, que ce soit de la viande, du poisson ou des légumes. J’aime le cru et je pourrai manger plus que de raison. Cela faisait longtemps que je voulais faire un tartare de boeuf mais je ne voulais pas me lancer car j’avais peur de rater l’assaisonnement. Je suis allée un samedi matin faire la queue chez le boucher du coin et je lui ai demandé de couper au couteau un peu de boeuf. Ce week end je me suis lancée et résultat, j’en ai mangé deux dans la journée !

La recette originale de Tortore pour deux :  350 gr. de filet de bœuf / 1 c. à soupe de pignons de pin / 6 tranches de tomates séchées à l’huile, égouttées / 2 petites poignées de persil plat (ou plus, si vous le souhaitez) / 1 grosse gousse d’ail, épluchée et dégermée (j’ai utilisé deux petites gousses ici) / Environ 20 à 30 grammes de parmesan / 1½ c. à soupe d’huile d’olive / 1/8 c. à soupe de flocons de piment (d’Espelette) / Du sel, du poivre noir.

Ma version : 500g gr. de filet de bœuf (on aime ou pas!) / 1 c. à soupe de cacahuètes non salées / 3 tranches de tomates séchées à l’huile, égouttées et coupées et petits morceaux / 1 branche de basilic / Environ 20 à 30 grammes de parmesan rapée / 1½ c. à soupe d’huile d’olive / oignon rouge émincé / 1 cornichon émincé / un filet de crème de balsamique / mesclun / Du sel, du poivre noir. 

Le secret du tartare est bien sûr la qualité des ingrédients, mais surtout celui de la viande. Si ce principe de base est respectée, une grosse partie du travail est fait !

Advertisements

12 Commentaires

  1. Waou ! Ta photo est superbe et j’adore ta version avec du basilic et du balsamique, ça a du être délicieux ! J’essaierai quand mon boucher sera rentré de vacances 🙂

  2. Les recettes ont l’air bonne mais autant j’apprécie un tartare de saumon ou de légumes, autant j’ai plus de mal avec le bœuf. Je n’ai jamais tenté mais je n’ose pas le faire, de peur de ne pas aimer.

  3. Pingback: | Mieux vaut tard que jamais ou comment ressusciter ses restes | Balades gourmandes et autres lubies


Un avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s