| Gaillon . L’adresse surprise : le Grain de Sel

dscf6529.jpg

Oui attention, Mesdames Messieurs, un nouveau post, venu de nul part, en plein mois d’août tel un mirage…En espérant que ce début d’année fut bon aussi pour vous que pour moi !

Je profite d’un peu de temps libre pour vous partager une nouvelle adresse sur Gaillon. Gaillon ce n’est pas une ville qui fait rêver, le centre ville est (très) calme même un samedi après-midi. Pour ceux qui aiment le repos, vous serez peut être comblé, pour les autres…

Mais ne parlons pas trop vite car si une chose me ferait bien revenir à Gaillon, c’est cette adresse « Le grain de Sel ». La devanture est une poissonnerie, et peut être plus ou moins engageante (surtout quand on est pas fan de poisson). Soyez téméraire, vous découvrirez une cuisine tout en fraicheur !

On se retrouve où ?

Rendez vous entre un kebab et une pizzeria, comme quoi il faut toujours savoir dépasser ces préjugés ! On y va difficilement par hasard.

On rentre par un couloir qui nous fait passer à côté des poissons et des fruits de mers. La décoration est classique et soignée. Possibilité de diner en terrasse.

On a droit à quoi dans l’assiette ?

On y trouve forcément du poisson et des fruits de mer, mais pas que. Il y a le choix entre deux menus : 4 choix d’entrée, 4 choix de plat et autant de desserts. A chaque fois deux contenant du poisson ou fruits de mer et deux autres sans. Mais ça sera bien dommage, le poisson est de grande qualité, et la cuisson parfaitement maitrisé.  Nous avons testé le filet de carrelet ou encore le saumon écossais à la sauce vierge. La carte des vins et apéritifs est très alléchante. Nous sommes ressortis tous ravis de ce restaurant.

dscf6537.jpg

Aimable la dame de l’accueil ?

(Presque) tout sourire !

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

Il y a deux menus : 26 euros le premier menu, 39 euros pour le deuxième. Un rapport qualité prix très correct !

Le Grain de Sel
12 r Pierre Brossolette27600 Gaillon
Tel : 02 32 53 51 10 (
réservation conseillée)

| Louviers. Au comptoir du Jap’

IMG_9654Il n’y a évidemment pas qu’à Paris où je profite des restaus. En pleine (re)découverte de la région Seine/Eure, je découvre entre autre la ville de Louviers. Je n’avais jamais vraiment pris le temps de visiter cette ville. Je l’avais traversé une ou deux fois pour remonter en Seine-Maritime, mais sans envie réelle de m’y arrêter.

Ayant déménagé à quelques kilomètres de là, et ne voulant pas sortir que sur Rouen (regorgeant de chouettes adresses, mais les bouchons et la difficulté de se garer ralentissent mes ardeurs), j’ai commencé à m’intéresser à cette ville. Elle n’est pas très grande (même pas 20 000 habitants), avec un centre-ville historique (avec de jolis canaux), pas mal de petites boutiques (pour une ville de cette taille on entend, on ne va pas comparer Paris à Louviers), et quelques restaurants qui se démarqueraient (d’après notre ami universel tripadvisor ).

L’adresse présentée a été testé il y a quelques mois déjà, en juin pour tout vous dire. A la base, nous voulions tester le sushis à volonté de Louviers mais forcément il était exceptionnellement fermé CE jour-ci. J’ai un abonnement aux fermetures exceptionnelles, ça en devient presque une de mes caractéristiques (louées par mon entourage, of course). Mais ce n’est jamais un excuse pour retourner à la maison, il faut toujours préparer un plan B. Il existe une deuxième adresse japonaise sur Louviers, bien noté mais pas à volonté (devoir choisir et se restreindre, dur quand on a plus l’habitude !). Ce restaurant a été une chouette découverte, un peu plus cher certes mais avec des sushis/makis originaux et de bonne qualité.

On se retrouve où ?

Dans le centre ville de Louviers. La décoration n’est pas celle d’un japonais, mais d’un restaurant branchés : tables noires, simili pierre sur les murs, décoration florale, verre à vin, baguettes en métal… Il y aussi une terrasse à l’arrière. J’ai beaucoup aimé.

On a droit à quoi dans l’assiette ?

IMG_9655

On ne va pas jouer le suspense, des mais, sushis, sashimis. On retrouve les standards au saumon, avocat… et quelques uns de ces standards twistées (saumon ou crevette épicées), certains sont fais avec un « habit de soja » au lieu de l’algue nori et même des sushis aux fruits ou avec de l’anguille. A la carte aussi les fameuses brochettes, tatakis ou salades japonisantes. Le tout est de très bonne qualité,  les ingrédients frais. Les desserts changent vraiment des autres japonais : tiramisu au thé matcha, mochi glacé… L’autre petit touche sympa, la branche de menthe dans la carafe d’eau. Pour résumer, impossible de ne pas se régaler.

IMG_9661

Aimable la dame de l’accueil ?

L’accueil est prévenant, pas du tout oppressant mais nous ne laissant pas non plus attendre entre deux plats.

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

Un poil plus cher, mais il est vrai aussi que j’ai plus l’habitude des formules à volonté, ce qui fausse je pense mon jugement. Pour vous faire un avis, vous trouverez la carte avec les prix ici, les menus commençant à partir de 13e. A mon sens une assiette qui vaut son tarif dans tous les cas.

Au comptoir du Jap’
17 Rue du Matrey 27400 Louviers
Tel : 02 32 50 81 05
Ouvert du mardi au dimanche (midi & soir)

| 2015. Echappées Parisiennes

Follow my blog with Bloglovin

DSCF3423

Cette année point de récapitulatif des 5 meilleures adresses ou des 5 meilleures recettes de 2015, la fréquence de publication n’étant pas assez élevée cette année. L’année 2016 sera une année chargée pour nous, et dès le début de l’année. Le temps passé sur le blog risque de ne pas augmenter, même si évidemment je passe toujours autant de temps à cuisiner et à tester quelques adresses (en Normandie ou à Paris). Je suis montée plusieurs fois sur Paris ces trois derniers mois, j’y ai pû tester des adresses très tendances, ainsi que revenir à des endroits qui m’avaient déjà beaucoup plu ! Sur ma liste des adresses à tester pour une prochaine visite, Dersou dont le succès ne se dément pas, Trois fois plus de piment, un restaurant de pâtes chinoises dans la Marais, IDA, restaurant italien près de Montparnasse ou encore le coffeshop Mûre, près de du passage des Panoramas. Rien que ça !

[ Cafés Parisiens]

Ob-La-Di
54 rue de Saintonge, 75003 Paris.
Ouverture du lundi au samedi de 8h à 18h, et le dimanche de 9h à 18h.
Qui n’a pas vu (au moins 1000 fois) la photo de leur granola sur Instagram ? J’ai complètement succombé à ce monde d’image et quand je suis montée sur Paris un jour en semaine, je me suis promise d’aller goûter le fameux granola. L’endroit est petit, mais un mercredi à 11h il n’y a personne. La déco est super chouette, la vaisselle aussi (je me suis même achetée ces mêmes assiettes !), le service suit et le granola est effectivement à tomber. J’ai aussi goûté leur tartines à l’avocat, plat qui est au menu de tous les bistrot un temps soit peu bobo. L’assaisonnement est fait à partir d’une sauce chimichurri, sauce sud américaine. Cela donne une originalité et un bon goût de « reviens-y ». Le défaut, le même quand dans ce type d’adresse, reste le prix. 9€ le granola, même très bon, c’est trop cher. Le prix du petit déjeuner coûte aussi cher qu’un menu déjeuner. Vraiment dommage.

La Grande Mosquée de Paris (Salon de thé)
39 rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris.
Ouvert 7 jours sur 7 de 12h00 à minuit.
Cette adresse n’est pas une découverte, mais il est toujours agréable de d’y poser pour un thé à la menthe et déguster une pâtisserie orientale … avant que les oiseaux ne nous le pique. Deux euros le thé, la même pour une pâtisserie, vous ne vous ruinerez pas. Le service est par contre parfois un peu long.

Les petits plats de Marc
6 rue de l‘arbalète, 75005 Paris.
Ouverture du mardi au samedi de à partir de 9h et le dimanche de 9h à 17h.
Je m’y suis posée entre deux rdv, mon arrêt fût assez bref. Mais j’ai tout de même pû gouter leur chocolat chaud, un oeuf brouillé et une part de cheesecake. Tout est fait maison, j’ai apprécié le tout, même si le cheesecake est un poil lourd. L’accueil est chaleureux, un peu comme à la maison. J’étais arrivée tôt, j’avais toute la salle pour moi. Il y a donc eu aucune lenteur de service ! Les prix sont ceux pratiqués partout, aucune surprise. Un salon de thé sympa pour une pause ou un brunch !

HollyBelly
19 rue Lucien Sampaix75010 Paris
Ouvert tous les jours sauf le mercredi
Cela faisait un petit moment que je voulais tester cette adresse, j’ai pû avoir une place rapidement en semaine en fin de matinée. Décoration aux influences australiennes avec tables en bois, briques apparentes et carrelage de ciment. Tout pour plaire ! Dans l’assiette ce jour là, les pancakes « fried eggs, crispy bacon, bourbon butter & Maple syrup », déjà très réputés dans le monde du brunch parisien, m’ont vraiment plu. Je n’aurai pas forcément mélangé dans le même plat sirop d’érable & bacon, mais l’association est une vrai réussite. Le chocolat chaud a été testé, il est bon mais ne se dénote pas autant que les pancakes.

DSCF3421

[ Restaurants Parisiens]

Les Saisons
52 rue Lamartine 75009 Paris
Ouvert du mardi au samedi.
Adresse de bistronomie vers Cadet. Quand une virée sur Paris est prévue, il y a toujours l’étape restaurant. Le dilemme est toujours le même, aller à ceux qui nous avaient beaucoup plu ou tester un nouveau qui a l’air  tout autant « vachement bon » ? Celui ci a déjà été testé plusieurs fois et j’en ressors toujours ravie. J’ai regoûté cette soupe au panais qui m’avait tant plu, elle me plait toujours autant ! Le service est toujours aux petits soins et la réduction sur la fourchette aussi. Que demander de plus ?

S0014001 S0953518

Sapori Siciliani
113, rue Louis Rouquier 92300 Levallois-Perret
Ouvert du lundi au dimanche

Ce n’est pas la première fois que je mange à cette adresse, mais je ne suis jamais déçue ! Sapori Siciliani est une très bonne adresse de cuisine sicilienne. Tous les produits viennent d’Italie et sont préparées à la perfection. Très bon plats de pâtes, de viande ou encore de poisson. La cuisson du thon est juste parfaite. Aucune pizza. J’y retournerai encore … et encore !

Lao Lane Xang II
102, avenue d’Ivry 75013 Paris
Ouvert du jeudi soir au mardi.

Encore une adresse déjà mille fois testée et comme pour le précédent j’y retournerai encore … et encore ! On y trouve toute une liste de plats qui me font saliver. Lequel choisir ? Des liserons d’eau ? Une soupe thaï  coco ? Saucisses citronnelle ? Le choix est dur ! Un petit bémol pour le service, un peu débordé.

Big Fernand (en livraison)
22 Bis Rue Paul Vaillant Couturier, 92300 Levallois-Perret
Il est épatant de voir comment Big Fernand se propage dans tout Paris voire même au delà. Je scrute les nouvelles adresses et attends avec impatience une prochaine en Normandie. J’avais testé cette adresse, quand il n’y avait encore qu’un seul restaurant. Leur burger « classique » à la raclette est toujours aussi bon et leurs frites toujours aussi croustillantes. C’est vraiment chouette de pouvoir se faire livrer et de ne plus avoir à attendre dehors le temps de préparation de la commande.

My Pumpui
11 Rue Louise Michel92300 Levallois-Perret
Ouvert le soir du lundi au samedi

j’avais envie de plats thaï pour m’accompagner lors de mon retour en train mais pas forcément de faire un aller retour jusqu’au 13me pour prendre chez Lao Lane Xang. J’ai donc commandé au plus proche dans un restaurant qui est plutôt bien noté sur le net. J’ai bien aimé ce que j’ai mangé (des classiques, pad thaï, riz gluant à la mangue) mais cela ne détrônera pas mes favoris du 13me, meilleurs à mon goût et moins cher.

Season
1 rue Dupuis Paris, 75003
Ouvert tous les jours
C’est une adresse très instragrammée, et c’est en bonne victime d’IG, j’ai voulu essayer. J’ai adoré la déco scandinave, un vrai plaisir pour les yeux, tout comme la présentation des assiettes. Nous avons goûté des tartines d’avocat (oui encore, mais cette fois ci avec du gommais, curry & moutarde), tartine d’oeuf & champignons ainsi que des brochettes de kefta & chips de patate douce. La cuisine est sans gluten, le tout est très bon, mais les assiettes sont assez peu remplies pour une appétit normal (à vous de juger par la photo). Le granola lui, par contre, est énorme, vous serez rassasié pour trois jours. Un gros bémol, le prix (plus de 15€ le plat), beaucoup trop élevé, et un service, qui manque un peu de prévenance.

IMG_0884 - copie

 

| Paris. Nest, la cuisine viet’ revisitée

DSCF1803

Cela fait un bail que je n’ai pas posté, quasiment 6 mois. Il s’en est passé des choses, des projets, des vacances, des rencontres, des moments heureux et des moins. Bref rien de plus normal, mais comme je suis là que pour parler de ma « vie gustative » alors je ne m’épancherai pas davantage.

Cela fait longtemps que je ne vous ai pas parlé de virée parisienne, ça remonte même à l’année dernière, avec ce post sur cette adresse ultra-bobo’issime (ce mot sera dans le petit Robert 2016) Clint.
Depuis ce post, je suis retournée me délecter de saveurs brésilienne chez Gabriella, ai englouti quelques chocolats chauds, pris un café chez Folks and Sparrow, chez Cream ou encore au Poutch, me suis régalée de quelques Cheesecake chez Rachel’s, ai été déçue par Rose & Balery, savouré le gaspacho de la Maison Plisson, dégusté la glace à la fraise des bois de Kitsuné, ai salivé devant les aubergines sautées de Chine Gourmand, ai enfin testé Aki Boulangerie (leur melon pan au match est un délice !), ai gouté à l’institut suédois, me suis cassée le nez devant Siseng pour me retrouver assise à une table de Chez Marcel, ai enfin pu m’assoir devant un poulet citronnelle chez Aname, diné chez le plus que célèbre Ober Mama (et donc réussi à avoir une table un samedi soir sans réservation), digéré avec un Frozen Yogourt de Yogourt Factory ou encore croquer un bout chez 231 East Street.

Et ce n’est pas tout.

Pour terminer avec toutes ces adresses je voulais parler de Nest, une cantine qui propose une version visitée de la cuisine vietnamienne : un banh mi, version burger. Je vous avais proposé une recette en reprenant les bases de la « traditionnelle », mais les photos de ceux de Nest me donnaient envie d’y faire un tour. Après une déconvenue (fermeture exceptionnelle – poisse quand tu nous tiens -), j’y suis retournée avec Lettres Parisiennes, un samedi de juillet.

On se retrouve où ?

A deux pas de la rue Saint Anne, pas très loin de Télescope. Le lieu est petit, prévu pour une vingtaine de personne, autant dire qu’il vaut mieux éviter les heures de pointes si vous vous lez manger sur place. Pour les plus pressés, vous pouvez commander à emporter. Néanmoins, même si vous partagerez vraisemblablement la table avec votre voisin, la décoration est joliment faîte, avec une touche « récupération ».

On a droit à quoi dans l’assiette ?

DSCF1805

Avant de parler des burgers, il faut savoir qu’il y a pas que cela à la carte.  En entrée, on peut choisir des banh cuon ou des rouleaux de printemps, toujours en version revisitée. De mémoire, une salade. Nous sommes arrivées en fin de service, nous n’avons pas pu y gouter. Quant aux burgers ils sont accompagnés d’une salade, et peuvent être veggie. Ce jour là un au poulet et un second végétarien ont été goutés, les deux estomacs ont été ravis, sachant que l’un deux n’est pas forcément fan de la cuisine vietnamienne. Le burger ainsi que la salade sont très justement assaisonnés, agréablement parfumés, le bémol étant qu’il ne rempli pas un estomac. Savoureux mais pas assez généreux. En dessert nous avions choisi une salade toute aussi goutûe et un tapioca au lait de coco & cacahuète. Je n’avais jamais goûté un tapioca servi de cette manière j’ai adoré. Un beau plus, la carte se renouvelle régulièrement.

DSCF1812

Aimable la dame de l’accueil ?

Rien à redire, le serveur court pas mal mais toujours avec le sourire.

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

Le prix du burger est très abordable, moins de 7€, mais attention sans frites, juste une salade. Le reste des prix est abordable, vous pouvez y manger pour une douzaine d’euros.

D’autres avis sur la question : Flo, My Parisian Life (En anglais), Les Taster.

Nest Paris
9 Rue Villedo75001 Paris
Métro : Pyramide
Ouvert seulement les midi du lundi au samedi.

| Clint. The place-to-be (or not ?)

DSCF8559

Clint c’est l’adresse hyper hype du moment, qui me faisait baver rien qu’en regardant les photos. Tout était beau. L’adresse qui aussi pouvait m’assouvir mes envies de Mac&Cheese et d’œufs bénédictines. J’étais tout aussi fan de la déco, je voulais la même chez moi. Mais ça c’était avant.

On se retrouve où ?

DSCF8568

Rendez-vous rue de la roquette, près du Père Lachaise. La bonne nouvelle c’est que cette adresse réputée a une belle salle, toute remplie de lumière. La déco joue entre les meubles en bois, les photos en noir et blanc au mur ainsi que de chouettes luminaires orange. J’adore (Papa Noël ?). Par contre grande salle ne veut pas dire que l’on ne sera pas serré. On nous place à trois sur une table de deux, nos voisins seront quatre sur le même type de table. Et y’avait des tables de libre…
Pour info Clint ne prend pas de réservation pour le brunch, à 13h vous attendrez un peu.

On a droit à quoi dans l’assiette ?

L’assiette est jolie et il est super dur de choisir. L’assiette du voisin donne envie, le reste de la carte aussi. Pour ce brunch ont été testé les œufs bénédictines, le burger et le mac&cheese en plat chaud. Les œufs étaient bons, mais sont tous arrivés tièdes/froids alors que nous étions en début de service (arrivés vers 11h30). Les burgers étaient un délice, le mac&cheese aussi (mais je mets au défi quiconque de finir l’assiette. Deux cuillères suffisent à être callé). Les cafés et cappuccino étaient très bons. Un bémol sur les jus, à la carte un jus de tomate qui n’était déjà plus dispo en début de service… S’il reste un peu de place, vous pouvez vous laisser par les desserts. Le carrot cake a beaucoup de goût. Le cheese cake se défend bien.

DSCF8565DSCF8569DSCF8563

Aimable la dame de l’accueil ?

Le service est agréable, il y a assez peu à redire là-dessus. Reste la question de « pourquoi ouvrir à 11h si les cuisines n’ouvrent qu’à partir de midi ? ».

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

Le gros problème de cette adresse est son prix. Il n’y a pas de formule brunch et cela se sent sur l’addition. Si on compte prendre un équivalent de brunch normal (1 boisson chaude / 1 boisson froide / scones ou équivalent / 1 plat chaud / 1 dessert ), on tourne autour d’une trentaine d’euros. C’est donc une facture assez lourde comparée au multiples formules d’une vingtaine d’euros avec tout autant de qualité et de quantité dans l’assiette.

En définitive j’ai un avis mitigé sur cette adresse, c’est bon, c’est beau, mais cela reste cher pour la quantité et le niveau de service proposé. Un midi peut être pour regouter le fameux burger, mais je ne passerai pas de nouveau dimanche là-bas pour bruncher.

D’autres avis sur la question : le bonbon, Julia & Max, atypique & gourmand

Clint
174 rue de la Roquette 75011 Paris
Métro : Philippe Auguste

| Paris. Une bonne adresse pour passer un doux week end : le Rachel’s

rachels

Rachel’s est un lieu qui dès qu’il a ouvert a suscité beaucoup d’interet. Evidemment quand le fournisseur de meilleurs cheesecake de Paris, ainsi que des buns et bagel de beaucoup d’adresses cotées ouvre son propre restau on a juste envie de s’y pourlécher les babines.  Et les desserts valent clairement le détour !

On se retrouve où ?

J’adore l’adresse : Rue du Pont aux Choux. Avec une adresse pareille on peut que bien manger, non ? J’y suis allée un samedi midi sur les coups de 13h30, il n’y pas de possibilité de réserver et il vaut mieux s’armer de patiente, l’adresse est connue et aux heures de pointe, c’est blindé. Une serveuse aux accents nord américains vous innovera à vous assure. La décoration est à base de canapés imprimés, tables en bois, coussins moelleux, tapisserie tendance. C’est cosy et c’est beau. Nous sommes installées au fond de la salle et nous ne sommes pas du tout serrées. Par contre ceux qui mangent près de l’entrée ne sont pas sûrement aussi bien installé.

On a droit à quoi dans l’assiette ?

RACHELS3rachels2

Vous pensiez mangez une petite salade accompagnée d’un petit thé avec un petit dessert ? Vous mangez tout ça mais en version « giant » (même si vous commandez la version « small », comme la salade en photo ci dessus), qui cale déjà bien un estomac. Au menu :  salades, des sandwichs, sans oublier les desserts (cheesecakes évidement – au marron, courge… – mais pas que…), Au p’tit déj’, bacon and eggs, pancakes, granola, yaourt maison et café Coutume. La carte change tous les jours, la maison se targe d’une cuisine de saison avec produits frais. Tout est fait-maison, même bientôt le beurre !

Pour vous donner une idée des salades proposées ce jour, j’ai choisi celle composée d’un mélange de légumes de saison rôties et glacés au sirop d’érable et au bourbon, quinoa, fromage stichelton, noix de décan, pépins de courges, le tout accompagné d’une vinaigrette balsamique au gingembre & sirop d’érable.  Pour le sandwich vous trouverez le traditionnel au pastrami, très bon et qui vaut pour deux tellement le sandwich est gros ( à vous de juger celui de la photo ci-dessus).

Vous pouvez accompagner votre repas de thé ou de café mais aussi de vins, pour la plupart étrangers ( nord américain évidemment mais aussi israélien, bulgare… ).

Gustativement les salades et sandwich se défendent bien, mais si je devais y revenir, ceux sont les desserts que je prendrai d’assaut.

Aimable la dame de l’accueil ?

Très charmante la petite dame, un peu tête en l’air mais cela ne nous dérangera pas le long du repas. C’est ouvert tous les jours de 8h30 à 23h.

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

C’est un peu là que la bas blesse. Il n’y a pas de menu, tout est à la carte. Pas de menu aussi pour le brunch. Les prix ne sont pas pour autant exorbitants, mais ce ne sera pas le meilleur rapport qualité/prix de la capitale : une salade + un cheesecake + un thé m’a coûtait aux alentours de 23/24€. Les menus pour les midis tournent autour de 20€. Pour votre info salades 12-19 €, sandwichs 16,50 à 18,50 €, entrées 12-14 €, plats 18-20 €, desserts 7 à 8,50 €.

D’autres avis sur la question : le polyèdre , Lauralou, Jeanine à Paris.

Rachel’s, 25 Rue du Pont aux Choux 75003.
Métros : Filles du Calvaire (ligne 8). 

| Paris. Le brunch de la rentrée : Chez Tantine

Ce dimanche, vous ne bruncherez pas du côté du canal Saint Martin mais vous vous perdrez dans le 17ème pour tester Chez Tantine. Brunch testé déjà deux fois alors que j’ai une liste à n’en plus finir d’adresses à faire. Ici on prône le home made : on s’y sent comme à la maison et tout est fait maison !

On se retrouve où ?

On se retrouve dans le 17ème près de Pereire.  La décor est faite entièrement de récupération, vieux meubles… Elle est complètement dans l’air du moment, refaire du neuf avec du vieux. vous y retrouverez peut être vous aussi des mêmes meubles que vos aïeux ont déjà eu ? La vaisselle est de la même époque que celle des meubles.

Mais Chez Tantine, c’est aussi des ateliers tricot, des ateliers pour les enfants, et un coin épicerie. Me dis pas que tu y trouveras pas ton bonheur, hein ?

IMG_6907 IMG_6906

On a droit à quoi dans l’assiette ?

Chez tantine, on petit déjeune et on y boit du thé la semaine, on y brunche le week end. Pour le brunch chacun sa formule, du petit appétit au plus gros. Forcément je me classe dans les plus gros appétits, je commande donc : une boisson chaude, une froide, un œuf (cuisson à choisir – les mouillettes sont servies avec l’œuf à la coque), une part de tarte salée et une sucrée, un yaourt, du pain pour accompagner les pots de confitures. Quasiment tout est fait maison. Si c’est pas fait ici cela provient de petites échoppes, comme une partie des confitures.

Je suis plus que fan du crémeux de leur yaourt, la confiture ananas/vanille est une tuerie tout comme la terrine tomate/cabillaud (et je ne suis pas une grande amatrice de poisson!). J’aime aussi la cafetière à piston. Quant aux tartes salées et sucrées, chaque week end apporte une nouvelle carte. J’ai testé deux fois le brunch, les assiettes ont été validées. Les portions en caleront plus d’un, mais un peu plus de pain et de confiture ne serait pas de refus. C’est aussi un peu dommage qu’il n’y ait pas de cappuccino à la carte.

DSCF0196IMG_6911 DSCF0199DSCF0195

Aimable la dame de l’accueil ?

L’accueil est très agréable, souriant. L’attente n’est pas longue pour un sou. Chez Tantine c’est comme à la maison !

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

Le brunch « complet » coûte sauf erreur de ma part 22 euros. On a vu pire non ?
Réservation conseillée.

D’autres avis sur la question : La Dénicheuse,  Voyage Autour de Ma Cuisine, Feuille de Choux.

Chez Tantine
51 rue Laugier 75 017 Paris
Métro : Pereire / Ternes

| Paris. O Corcovado, l’ambiance brésilienne à côté de chez vous.

DSCF2811

Aujourd’hui c’est le début de la coupe du monde, d’un mois de festivité et de foot ! Le bonheur (ou pas!). Pour ceux qui n’ont pas la chance de vivre les matchs sur place avec toute l’ambiance brésilienne, je vous propose de retrouver une partie de cette ambiance à quelques stations de métro (ou de train…) près de Montparnasse. O Corcovado est un restaurant brésilien que m’a fait découvrir Lettres Parisiennes le mois dernier. Cette adresse nous transporte au Brésil avec une ambiance colorée, des cocktails de cachaca et de plats typiques. J’en suis sortie ravie. Tenterez vous l’expérience footballistique entourée de brésiliens et de bons plats ?

On se retrouve où ?

Rentrer dans un restaurant et être accueilli par des verres de cachaça remplis de tranches de citrons verts donne tout suite envie d’y rester. La salle n’est pas très grande mais j’ai beaucoup aimé la décoration ultra colorée.

On a droit à quoi dans l’assiette ?

Des plats typiques brésiliens of course ! Des « casquinha de siri » (entrée à base du nord-est brésilien à base de crabe, poivron, tomate et coco), du « frange a passarinho » (fricassée d’ailes de poulet à l’ail et persil), le « xinxim de galinha » (voisin du poulet mafé africain) ou du « moqueça de peine » (dos de perche accompagné d’une sauce à base de coco, coriandre et riz) ou comme dessert  un « quimdim » (à base de lait de coco et de jaune d’oeuf). Sans tout vous détailler, vous retrouverez des plats à base de coco, coriandre, poivron et épice, avec du poisson, de la viande. Malheureusement pas de plats pour les végétariens. Chaque plat est généreux et comporte 1000 saveurs. Les cocktails sont aussi à goûter, mais il y a aussi la possibilité de tester des vins sud américains.

DSCF2821 DSCF2829 DSCF2830 DSCF2832 DSCF2833

Aimable la dame de l’accueil ?

L’équipe est aussi chaleureuse qu’est la décoration colorée. Le service est assez rapide et on répond sans sourciller à toute question. On se sentira très rapidement à son aise.

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

A la carte il faudra compter environ 30 euros pour un menu, un petit peu plus si vous décidez de gouter au cocktail. Définitivement une très bonne expérience, que je n’hésiterai pas à renouveler !

D’autres avis sur la question : resto à Paris.

O Corcovado
152, rue du Chateau 75014 Paris
Métro : Pernety / Montparnasse

| Paris. The Broken Arm, la figue ne rattrapera pas le raisin.

the broken arm

J’ai découvert The Broken Arm via l’instagram de Bliss In the City, la photo de l’assiette est à tomber et les commentaires donnent tout autant envie. L’adresse n’a pas l’air d’avoir trop filée sur le net, je n’ai pas vue d’invasion de photos Instagram de cette adresse envahir mon flux. Pourtant de premier abords, ce restaurant a tout pour plaire. Il se situe du côté de Temple, un quartier qui a la côté, la décoration est ultra sympa et très tendance, le lieu fait restaurant et magasin de fringue (le tout est bien séparé je vous rassure). Alors, ce qui n’irait pas ? La disposition des tables où les clients sont tassés, le prix et un service débordé. Je vous décris la situation ?

On se retrouve où ?

Grande baie vitrée, décoration épurée et mobilier hype, petite terrasse, on s’adresse à des gens qui ont un peu de sous (surtout si vous vous égarezdu côté du magasin). Tout est très agréable pour la rétine.

Mais…

La salle est trop petite pour l’affluence d’un samedi midi. Il est 13h nous avons les derniers places, nous sommes 2 collées à 2 autres personnes et en plus coincées au fin fond de la salle. Une table se libère on espère pouvoir changer mais des clients arrivent déjà.

On a droit à quoi dans l’assiette ?

The Broken Arm

La carte se renouvelle régulièrement et nous avions à la carte ce jour là : un velouté de cresson aux pestos d’amande, un burger à la queue de boeuf & chou rouge, ou un sandwich d’haddock au pain de seigle, une salade de daurade mariné à l’aneth & piment, une burratta à la truffe ou des planches des charcuteries. Les desserts sont au bar et reprennent les grands classiques (cheesecake & co) et on y trouvera aussi la carte des cafés et thés. Pensez bien qu’il a été dur de choisir et au final nous a été servi veloutés, la salade de daurade mariné et la buratta à la truffe. Côté gustatif, la barre est haute, la cuisine est parfaitement maîtrisée et très bien présentée. Je n’ai jamais mangé de buratta aussi bonnes & crémeuses, et le velouté était juste à tomber. J’aurai bien mangé l’assiette du voisin. Mes papilles en sont encore émues ! Par conte les gros mangeurs risquent de rester sur leur faim s’ils ne prennent qu’un plat.

IMG_6260.JPG

Aimable la dame de l’accueil ?

Un des points négatifs. Il y a du monde, le service est rapide mais un poil débordé et pas forcément avec le sourire. On nous fera comprendre de libérer la place dès les assiettes terminées. Dommage, cela ne nous a pas donné envie de revenir rapidement.

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

La qualité se paie et la carte bleue peut faire un peu la tête : 7euros le velouté, 16,50euros la salade. Au vue de la qualité, cela peut se justifier, mais au vue de la quantité ?

D’autres avis sur la question : Diane Yoon (en anglais, mais les photos sont magnifiques), Lauralou, BB de la branche.

The Broken Arm
12, rue Perrée 75003 Paris
Métro : Temple

| La Bourgogne à Paris !

A Noël m’a été offert une place pour le concert de Juliette. Ce n’est que la troisième fois que je vais la voir, lors de son passage au théâtre du Chatelet pour le « No parano Show » et un deuxième lors d’un concert gratuit pour le 14 juillet du côté de Bercy. Elle est repassée au Casino de Paris le 12 et 13 février avec un spectacle complètement différent mais toujours aussi intéressant. Il est rare de voir un artiste, et encore plus tout son équipe faire un spectacle tout le long du concert (entre deux chansons évidemment) et qui fait office de fil conducteur à tout le concert. Bref si vous étiez pas au courant j’eusse bien aimé ce concert 🙂

IMG_7800

A la sortie, forcément grande dalle. Je suis venue rejoindre mes parents directement d’Evreux, quelques madeleines peuvent bien faire patienter quelques heures mais pas jusqu’au petit dej. Un restaurant est juste à côté du casino et porte un nom qui ne peut que être annonciateur de bonnes assiettes : Bourgogne Sud, un bistrot chic avec une carte de vin qui va bien et des spécialités bourguignonnes (du sud!). Associé à un service rapide et tardif (nous avons commandé vers 23h), cette adresse a de très bons atouts.

On se retrouve où ?

La salle est grande dans le pur style bistrot parisien chic.

On a droit à quoi dans l’assiette ?

Pictures3

Mon coeur a beaucoup balancé entre les escargots et les oeufs en meurette. Il a terminé sur les oeufs en meurette qui ont remporté un bon succès. Ont aussi été gouté la salade lyonnaise à base de mesclun, de lardons, de crouton et d’un oeuf poché (bref une salade pas toute petite pour une entrée), le saucisson chaud de Lyon (avec des pistaches) aux lentilles vertes ainsi que les andouille à la sauce moutarde (andouillette de chez Bobosse, je ne sais pas qui est Bobosse mais son nom me fait sourire). Ont été gouté aussi quelques desserts et un Julienas. Comme dit plus haut le tout a été très bon et personne n’a été déçu de son choix. Vous trouverez la carte sur le site du restaurant. Un bémol pour autant, les oeufs en meurette sont proposés en entrée et en plat. Servis en entrée les deux oeufs passent bien, mais en plat sans accompagnement c’est un peu léger.

Pictures2

Aimable la dame de l’accueil ?

Le service a été très rapide. Arrivée 23h et accueillis avec le sourire. Nous avons été rapidement été placés, commande faîtes et très peu d’attente entre les plats. Tout pour autant nous avons pas été pressé et d’autres personnes sont arrivées après nous.

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

Les menus fonctionnement le midi et vous coûteront 17 euros par personne voire 26 euros si vous prenez le menu un peu plus élaboré. Il existe un menu enfant dont le montant est équivalent à l’âge de l’enfant. Le soir carte obligatoire et cela peut monter vite. Les oeufs en meurette sont à 8 euros, les plats à partir de 16 euros et les desserts peuvent monter jusqu’à 9 euros. Un repas complet sans le vin (mais un peu dommage de manger bourguignon sans une bonne bouteille 🙂 ) vous coutera aux alentours de 35 euros. Ce n’est pas du premier prix, mais si vous voulez vous laisser tenter, il y a actuellement un réduction de 20% en réservant via la site de la fourchette.

D’autres avis sur la question : Gilles Pudlowski.

Bourgogne Sud
14, rue de Clichy 75009 Paris
Métro Saint Lazare