| Louviers. Au comptoir du Jap’

IMG_9654Il n’y a évidemment pas qu’à Paris où je profite des restaus. En pleine (re)découverte de la région Seine/Eure, je découvre entre autre la ville de Louviers. Je n’avais jamais vraiment pris le temps de visiter cette ville. Je l’avais traversé une ou deux fois pour remonter en Seine-Maritime, mais sans envie réelle de m’y arrêter.

Ayant déménagé à quelques kilomètres de là, et ne voulant pas sortir que sur Rouen (regorgeant de chouettes adresses, mais les bouchons et la difficulté de se garer ralentissent mes ardeurs), j’ai commencé à m’intéresser à cette ville. Elle n’est pas très grande (même pas 20 000 habitants), avec un centre-ville historique (avec de jolis canaux), pas mal de petites boutiques (pour une ville de cette taille on entend, on ne va pas comparer Paris à Louviers), et quelques restaurants qui se démarqueraient (d’après notre ami universel tripadvisor ).

L’adresse présentée a été testé il y a quelques mois déjà, en juin pour tout vous dire. A la base, nous voulions tester le sushis à volonté de Louviers mais forcément il était exceptionnellement fermé CE jour-ci. J’ai un abonnement aux fermetures exceptionnelles, ça en devient presque une de mes caractéristiques (louées par mon entourage, of course). Mais ce n’est jamais un excuse pour retourner à la maison, il faut toujours préparer un plan B. Il existe une deuxième adresse japonaise sur Louviers, bien noté mais pas à volonté (devoir choisir et se restreindre, dur quand on a plus l’habitude !). Ce restaurant a été une chouette découverte, un peu plus cher certes mais avec des sushis/makis originaux et de bonne qualité.

On se retrouve où ?

Dans le centre ville de Louviers. La décoration n’est pas celle d’un japonais, mais d’un restaurant branché : tables noires, simili pierre sur les murs, décoration florale, verre à vin, baguettes en métal… Il y aussi une terrasse à l’arrière. J’ai beaucoup aimé.

On a droit à quoi dans l’assiette ?

IMG_9655

On ne va pas jouer le suspense, des makis, sushis, sashimis. On retrouve les standards au saumon, avocat… et quelques uns de ces standards twistées (saumon ou crevette épicées), certains sont fais avec un « habit de soja » au lieu de l’algue nori et même des sushis aux fruits ou avec de l’anguille. A la carte aussi les fameuses brochettes, tatakis ou salades japonisantes. Le tout est de très bonne qualité,  les ingrédients frais. Les desserts changent vraiment des autres japonais : tiramisu au thé matcha, mochi glacé… L’autre petit touche sympa, la branche de menthe dans la carafe d’eau. Pour résumer, impossible de ne pas se régaler.

IMG_9661

Aimable la dame de l’accueil ?

L’accueil est prévenant, pas du tout oppressant mais nous ne laissant pas non plus attendre entre deux plats.

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

Un poil plus cher, mais il est vrai aussi que j’ai plus l’habitude des formules à volonté, ce qui fausse je pense mon jugement. Pour vous faire un avis, vous trouverez la carte avec les prix ici, les menus commençant à partir de 13e. A mon sens une assiette qui vaut son tarif dans tous les cas.

Au comptoir du Jap’
17 Rue du Matrey 27400 Louviers
Tel : 02 32 50 81 05
Ouvert du mardi au dimanche (midi & soir)

| Bento. Aubergine au Miso

IMG_7721La première fois que j’ai connu les aubergines au miso, c’était chez Onigiriya et j’avais adoré. J’avais cherché une recette sur le net mais c’est après quelques essais que j’ai approché une recette qui dépote. Cela se mange sans faim, version tapas avec un saké, ou alors accompagné de riz blanc pour en faire le bento qui change (et faire rêver vos collègues qui ramènent quotidiennement des pâtes surgelés). Le plus compliqué dans la recette est de trouver ce miso, et à un prix acceptable…

Ingrédient :  1 aubergine / 2 ou 3 cl de mirin / 1 jus de citron vert / 170g de miso / 1cc sucre / 3cm de gingembre / 1 cs sauce soja  et  pour accompagner : ciboulette / crevettes cuites à la vapeur / riz blanc.

Préchauffer le four à 180 degrés. Faire chauffer sur feu doux le sel et le sucre dans le mirin. Ajouter le miso rouge, le jus de citron et le gingembre rapé. Mélanger jusqu’à obtention d’une préparation épaisse. Retirer du feu, incorporer la sauce soja et laisser refroidir. Couper l’aubergine en tranches épaisses, puis les badigeonner de sauce au miso. Etaler le tout sur une plaque sur une feuille de cuisson. Les laisser cuire une bonne vingtaine de minutes puis terminer la cuisson en les grillant cinq minutes.

| Chaleur dehors, fraicheur dans les assiettes.

salade1

L’été  c’est le retour en force des salades pour un retour tout en légèreté dans le pantalon. J’ai arrêté la cantine et ai recommencé à ramener mes gamelles (bientôt le retour du bento dans la place !!), exit les assiettes remplies de frites et de mayonnaise !

Quand je prépare ma gamelle, je fais au plus rapide. Car oui s’il est toujours plus pratique de la préparer la veille, je préfère la faire le matin entre le réchauffage du café, la douche, le ramassage express de la chemise et le câlin du chat. ET arriver à l’heure. So izy. Alors ces gamelles seront quasiment toujours végétariennes, pour éviter d’avoir à surveiller la cuisson. Le quinoa, ça cuit tout seul et c’est pile le temps d’un douche. Le matin chaque matine compte. Une minute sauvée, c’est une minute de sommeil supplémentaire, et je ne le refuse jamais.  Au milieu du de l’eau et entre deux grains de riz, un oeuf pourra s’y perdre. J’aime en ce moment rajouter dans mes salades des tomates cerise, du concombre et tout un tas d’herbes. En ce moment je dois finir un énorme paquet de ciboulette du marché. Pour la sauce, ça sera un jus de citron, de l’huile d’olive, du balsamique ou encore de la sauce soja. On mélange un ou deux ingrédients. Vite on est en retard, on ferme la gamelle, le bus passe dans deux minutes !

Voici ce que vous pourrez trouver dans mon sac si vous me rencontrez avant midi :

– Salade de quinoa tricolore avec concombre, échalote émincée, tomates cerises, aneth accompagné d’une boite de maquereau au vin blanc de la Belle Iloise. Sauce soja & jus de citron vert.

– Salade de riz thaï, concombre, tomate. Sauce soja & jus de citron.

– Salade de retour de japonais à emporter (ou comment manger « comme des sushis » sans avoir à galérer à les faire): riz vinaigré, concombre, algues nori coupées en morceau, gingembre émincée. Sauce soja & wasabi.

– Salade de boulgour, radis, concombre, tomate, menthe, ciboulette. Sauce huile d’olive et jus de citron

Je suis preneuse de toute suggestion de salade, quelles sont vos recettes préférées ?

SALADE2

| Paris. Nanashi, l’adresse qui se la pète un peu.

C’est une adresse ultra connue que je vous présente là, avec la blogosphère hype qui nous fait une belle fixette dessus. Nanashi vogue sur la mode du japonais, du minimalisme et un peu de boboisme pour gagner son pain et son beurre. L’adresse est sympa mais justement, profite un peu trop de son succès pour gonfler un peu les prix.

On se retrouve où ?

Nanashi a plusieurs adresses, et celle testée se trouve dans la 3me près du marché des enfants rouges. L’entrée ressemble à un couloir ou entre chaque on voir les cuisiniers (et cuisinières) s’affairaient à préparer vos plats. Aucune surprise ! La salle est très grande, avec une déco simplisme, table de couleur non agressive, chaise en bois, le menu sur un grand tableau noir écrit toujours en couleur claire.

On a droit à quoi dans l’assiette ?

Détrompez vous mais ne vous attendez surtout pas à manger japonais. Un peu mais pas tant que ça. Les bentos n’ont de japonais que leurs noms, je ne rangerai pas un poulet au curry dans les plats typiquement japonais. Les bentos (végétariens ou non), sont accompagnés de céréales (ce jour riz rouge, quinoa blanc et épeautre) et d’un peu de salade et autres légumes . Le poulet n’était pas mauvais mais loin des meilleurs que j’ai mangé. Le poulet n’a pas cuit dans le curry et c’était un simple sauce (au curry donc) rajoutée dessus. Par contre le chirashi au saumon était excellent, le saumon mariné a donné une touche d’originalité à ce plat et pour le coup, ce fut le meilleur que j’ai mangé à ce jour. S’ensuit un petit onigri puis une part de cheesecake vanille & matcha. Il avait une texture un peu trop crémeuse et même avec un thé pour essayer de faire passer le tout, il est resté bien au fond de l’estomac. L’idée n’est pas mauvaise, le goût non plus mais un peu plus de légèreté (relative évidemment!) aurait été la bienvenue. Pour résumer, les plats sont bons mais certains manquent d’un petit plus pour devenir un incontournable, surtout au vue de ce que j’ai pû lire sur le net.

Aimable la dame de l’accueil ?

Correct, on ne pourra pas se plaindre !

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

Le chirashi 17€, le bento 16€, le dessert 5,5€. Si le dessert a un prix raisonnable, je trouve les plats un peu chers, surtout pour un midi où on peut trouver facilement des formules pour moins de 15€.

D’autres avis sur la question : Mr Lung (attention, critique corrosive !) , Resto de paris, Table à découvert.

Nanashi
57 rue Charlot 75003 Paris
Métro : Arts & Métier

| Ma vie ma gamelle !

Un second post sur ma vie de la semaine gamelle-itstique ! Cette semaine, j’ai eu un peu plus de temps pour préparer ma gamelle mais aussi reçu le couvercle en plastique que j’avais passé au micro onde (alors que bien sûr hein, faut pô !). Le bento c’est quand même autre chose que la gamelle […]

| Bento Mania

J’ai besoin d’un peu de changement, changer d’air et vu que je suis passée au mode avancé dans Canalblog mais que je ne sais pas le modifier, j’attérie ici. Nouveau décor. Il va changer encore, je ne suis pas satisfaite pour le moment, le fond ou la police ne me plait pas à 100%. Je garde toujours le blog photo/voyage car même si je le remets rarement à jour, je l’aime beaucoup. J’ai juste des mois de retard. Mais je ne désespère de montrer un peu de mes tribulations.

Dans le dernier post, je vous montrais mes gamelles de la semaine, je vais passer au bento. J’ai eu pour Noël un superbe bento et cela reste toujours un plaisir de faire sa gamelle, essayer de rendre les choses jolies et d’avoir limite hâte d’être au lendemain. Je vous montre 3 de mes bento dont le tout premier, pas le plus beau mais le plus important !!

1. bento de la journée d’hiver
Le tout premier donc fait avec une soupe ramené de la maison des parents (au potiron), des nems, du riz et des algues vinaigrées. Accompagné des sauces qui vont bien. Je n’ai pas mis de soupe partout, cela n’a pas coulé mais le transport reste périlleux. La bouteille sera une meilleure façon de le transporter.

2. Bento de mi-saison
Il fait chaud il fait froid on ne sait pas.  Un achard de carottes accompagné d’une soupe japonisante avec un bouillon au tabasco,gingembre, aïl, vinaigre de riz et sauces soja, pour accompagner les crevettes, soba et haricots verts avec un petit plaisir : la tarte aux noix de pécan de Sugarplum.

3. Bento Plaisir
Plaisir parce que maki, et je pourrais en manger tous les jours. Je suis une grande fan, mais pas une sushi woman. J’ai tout même réussi à en faire avec du concombre, puis d’autres avec la mayonnaise/concombre et une dernière tentative avec du fromage/salade. Avec une salade de concombre et les sauces qui vont avec et des litchis.