| Normandie. Les grandes marées au Havre.

Le choix fut un hasard, nous sommes « rentrés » au Havre le week end des grandes marées. Il y a d’ailleurs fait un temps affreux sur toute la route : pluie, vent, traces de brouillard… La récompense de cette 1h30 de route serait bien de belles vagues qui se cassent sur la digue. Malheureusement (ou heureusement) il a fait beau durant tout le week end et il y eu assez peu de vent (il s’est remis à flotter et à venter juste quand nous avons repris le volant – poisse quand tu nous tiens -).

J’en ai quand même profité pour en faire quelques photos, j’en ai sélectionné que deux car je trouve les autres un poil trop surexposée. Au moment de la prise de vue, j’étais placée face au soleil. Aller plus loin sur la digue c’était de prendre un très gros risque de faire mouiller. Téméraire, mais pas de trop !

LH LH2

| Normandie. Port du Havre

Tous mes voeux pour cette nouvelle année !

Port du Havre - Décembre 2014

| Normandie. Les Jardins suspendus du Havre

Les jardins suspendus est un site récent au Havre. Il a été inauguré en 2008 et ce n’est que cette année que j’ai pû le visiter.

Ancienne base militaire désaffectée, le fort de Sainte-Adresse est racheté par la Ville du Havre qui décide de réhabiliter les lieux en 2005. Pour ceux qui ne connaissent pas la région havraise, Saint Adresse surplombe la baie de Seine et offre un beau point de vue sur la mer, le port et la ville.

Pour la petite histoire, Le fort de Sainte-Adresse fut construit en 1854-1858, durant le Second Empire, selon le modèle de l’architecture militaire héritée de Vauban. Il sert d’abord de cantonnement aux bataillons d’artilleurs à pied ; au xxe siècle, il est occupé par la gendarmerie et la garde républicaine. En 1963, le 74e régiment d’infanterie le reprend. La base militaire est désaffectée en 1979.

Après son rachat et trois années de travaux, les Jardins Suspendus ouvrent au public. On retrouve les enceintes et les portes de l’ancien fort, puis à l’intérieur ont été aménagé des jardins et des serres. La promenade haute (sur les enceintes) permet de découvrir les quatre jardins paysagers, qui évoquent la flore d’Amérique du Nord, d’Asie Orientale ou des terres australes, tandis que le dernier jardin rend hommage aux explorateurs contemporains. Les serres se trouvent dans ce jardin. On y retrouve des plantes parfumées ou aromatiques, végétaux de tous les pays, orchidées, bégonias, succulentes, plantes carnivores…

Voici un aperçu de ces jardins, ces photos ne montrent qu’une partie infime des jardins.

Adresse : Rue du Fort, 76620 Le Havre
Entrée libre sauf les serres (1 euros)

La vue sur la baie de Seine et les jardins sur les hauteurs :

DSCF6032DSCF6047DSCF6048

Les serres :

DSCF6041 DSCF6044 DSCF6055 DSCF6057 DSCF6065 DSCF6070 DSCF6071 DSCF6078 DSCF6081 DSCF6084 DSCF6093DSCF6089

| Normandie, Le Havre. La découverte d’un appartement de type Auguste Perret

Cette semaine je vous remmène encore une fois au Havre (si vous aviez des doutes sur les possibilités de vous y rendre je vous avez tout expliqué dans ce fabuleux post pas chauvin du tout) , et vous fait visiter un appartement imaginé par Auguste Perret. Quand on arrive au Havre, on ne voit que ses immeubles en béton qui ne donne pas forcément envie. L’office de tourisme du Havre organise depuis 2006 la visite d’un appartement de type Perret , aménagé à la sauce des années 50. Ne vous détrompez pas, les visites sont souvent complètes, et permettent de découvrir la vie derrière ses barres de béton. Et croyez moi, à côté de mon appart (!) à Paris, j’aimerai avoir cette belle superficie et cette disposition de pièces ! Il n’y avait pas un type d’appartement, mais Auguste perret souhaitait des appartements avec le minimum de confort de l’époque et pratique. La cuisine a par exemple fait grincer des dents car trop petite au goût général, et pour autant elle a été pensé pour améiorer la vie de la femme au foyer en alignant évier divisé en deux pour laver et rincer (une première), puis à côté une zone pour essuyer puis une autre pour l’égouttoir. Au dessus le placard pour ranger la vaisselle. Aujourd’hui tous les appartements sont disposés de la sorte, mais à cette époque c’est un peu une révolution ! Je vous laisse avec quelques photos, les meubles et accessoires sont d’époque. La visite coûte 3€ et dure une heure environ, alors n’hésitez pas ! Pour vous motiver c’est sur le chemin de la plage quand on arrive de la gare.

Appartement témoin Auguste Perret
1 place de l’hôtel de ville 76600 Le Havre

| Normandie. Le Havre. I ♥ LH

« Une guerre fut à l’origine de sa création au XVIe siècle, une autre n’en laissa que des décombres quelques siècles plus tard. De ces circonstances exceptionnelles et tragiques est née une cité résolument contemporaine. Son architecture toute de béton créée par Perret n’étouffe pas ses habitants mais insuffle de manière remarquable une atmosphère de dynamisme et de liberté, tournée vers l’océan. » Source : France Horizon.

Aujourd’hui direction la Normandie, au Havre. Bienvenue à la maison, et surtout ne partez pas tout de suite ! J’ai milles fois entendu « tu veux qu’on y fasse quoi, il ne s’y passe rien »,  « c’est une ville sans âme » ou encore le plus souvent « Mais le Havre c’est moche ». Je vous le dis, Le Havre n’est pas une ville qui pue ! Et parfois même que le soleil y brille… On en reparlera après votre visite du Havre. C’est une ville en pleine mutation depuis une petite vingtaine d’années. Elle ressemble de moins en moins à celle que j’ai connue à mon arrivée en 1996 et gagne en vie et dynamisme. Je vous tiens le pari que vous aimerez cette ville !

Pour d’abord vous resituer cette ville, il vous faudra deux heures de train corail depuis Paris pour vous y rendre. Je vous donne rendez vous à la gare St Lazare, l’aller coûte à partir de 15€. Quand vous arriverez à la gare du Havre, premier stop. 

Tournez le tête à gauche, vous découvrirez les Docks Vauban. Sa construction remonte à 1846 et est le seul ensemble urbain historique à avoir survécu aux démolitions de la guerre. Avant, un lieu de stockage de marchandises en transit tels que le café, le coton ou encore les épices. Aujourd’hui un centre de commerces et de loisirs (restaurant, cinémas…). Rien n’a été détruit, les bâtiments d’origine ainsi que l’organisation en rues et passages ont été conservés. Et pour la fashionitas, c’est là où vous trouverez le H&M !  

A droite la faculté et la bibliothèque reconstruite il y a moins de 10 ans. Autant la fac a un besoin urgent de travaux, autant la bibliothèque vaut le détour. Elle est sur plusieurs étages, claire, calme et lumineuse. J’ai limite regretté d’avoir terminée mes études l’année de son inauguration ! Si vous continuez un peu plus loin, passer le tunnel Jenner, pour découvrir Sanvic et les hauteurs pour pouvoir avoir une vue sur toute la ville et la mer. Magnifique le soir avec toutes ces lumières…Même la zone industrielle parait jolie. En journée passez aux jardins suspendus. Il se situe à l’intérieur de l’ancien fort de Sainte-Adresse. Ils dominent la ville basse, l’estuaire et la Manche, d’où une superbe vue sur la ville. Au total, les jardins suspendus possédaient en 2010 quelque 3 700 espèces végétales. L’esprit du jardin est de rendre hommage aux botanistes (comme les botanistes normands Lesueur, La Billardière, d’Incarville) qui ont parcouru ou parcourent toujours le monde, et dont de nombreux embarquèrent au Havre. Vous y trouverez des serres de collection et différents jardins. Mélanie vous propose une ballade, je vous conseille d’y jeter un œil !
Pour d’autres espaces verts, je vous propose la square St Roch près de l’avenue Foch ou alors la forêt de 
Montgeon pour le footing du matin (si vous êtes trop loin du bord de mer…) ou un parcours santé.

Et si finalement vous choisissez d’aller tout droit, vous serez à dix minutes à pied du centre ville, de l’espace Coty (un deuxième centre commercial) et de l’hôtel de ville. Un centre ville classé UNESCO grâce à l’architecture d’Auguste Perret. Explication : en septembre 1944, le port et le centre ville par les bombardements alliés (d’où une très forte rancœur des vieux havrais contre les anglais…). Bilan : ville à 85% détruite, 5 000 morts, 80 000 sinistrés et 12 500 immeubles détruits. Le Havre devient l’une des villes les plus sinistrées d’Europe. La reconstruction va durer plus d’une dizaine d’années. Entièrement rebâti en béton armé par les ateliers Perret, Le Havre fait alors l’objet d’une expérience de reconstruction unique en son genre par son étendue, les procédés urbanistiques (remembrement, copropriété), la cohérence constructive et les techniques de préfabrication (lourdes ou structurelles). Il est possible de visiter des appartements témoins pour vous faire une idée de la vie dans les années 50. Ce projet a apporté en luminosité (Auguste Perret ne souhaitait pas faire d’immeubles très hauts), et a redessiné le centre ville avec de grandes artères (un peu à l’image des villes américaines). Balladez vous dans les rues piétonnes, les Halles, ainsi que du coté de notre pot de yaourt (je vous laisse découvrir ce que c’est…).

Si vous n’adhérez à cette forme d’architecture, continuez sur l’avenue Foch (nos champs Elysées !) pour aller jusqu’au front de mer. Vous pourrez vous balader près du port de plaisance, ou alors le long de la plage (deux kilomètres de marche, vous ne ferez pas l’aller retour en cinq minutes!). Si vous y passer entre avril et octobre, il y a un nombre impressionnant de baraques où vous pourrez manger un morceau ou boire un verre face à la mer. Cela fait parti des plaisirs de l’été !

En hiver, vous trouverez toutes les spécialités culinaires au quartier St François, un des « vieux » quartiers du Havre. Si vous voulez des adresses, contactez moi ! C’est aussi le quartier des pêcheurs, je vous conseille d’aller au petit port pour acheter du poisson tout juste péché. Impossible de faire plus frais ! 

Sachez qu’il y a aussi une visite du port possible (un bip bip pour le port, premier port français par le tonnage), soit en car mais ce que je vous conseillerai de faire est une visite en bateau du port. Pensez à réserver, vous ne serez pas les seuls à venir…

N’hésitez pas à aller faire un tour en bord de mer le soir pour le coucher de soleil, ou de remonter jusqu’à St Adresse, pour pouvoir pic niquer en hauteur et au calme, vers le phare de la Hève. Saviez vous que St Adresse a été la capitale belge durant la première guerre mondiale ?

Le Havre est aussi classée « ville balnéaire », ce qui vous donnera la possibilité d’aller jouer au casino. Et oui pas besoin d’aller à Deauville pour dépenser votre argent, vous aurez le même plaisir pour le faire au Havre !

Actuellement, le Havre est en pleine restructuration. En juillet nous avons inauguré le nouveau stade « le stade Océane », situé sur l’une des trois entrées principales de la ville. Il ne faut pas oublier que le  Havre est le premier club de foot français, créé en 1872 ! Le club fêtera ses 140 ans cette année. On aura tout appris aux autres clubs (non point de chauvinisme du tout, mais un centre de formation très réputé !). Le tram vous y amenéra dès la fin de l’année (ouverture le 12.12.12 et ce n’est pas un hasard !). Si vous n’aimez pas le foot, allez voir l’équipe de basket ou de hand, ils ne sont pas mauvais du tout…

Pour les fans de musée, vous ne pourrez pas aller en terres havraises sans faire un tour au Musée Malraux (ou le MuMa, ça ne s’invente pas!). Il contient plus de deux milles œuvres (sculptures, peintures, dessins,…) Les plus anciennes date du Moyen-âge à l’époque contemporaine. Ce musée fait la part belle aux impressionnistes et « fauvistes », qui affectionnaient tout particulièrement le ciel normand très changeant. Parmi les nombreux peintres exposés, Eugène Boudin, Claude Monet, Gustave Courbet, Eugène Delacroix, Camille Pissaron, Henri Matisse…

Vous pourrez aussi visiter une des plus anciennes maisons du Havre (et non elle ne date de 1950, mauvaises langues !) du XVIIIe siècle. Vous y découvrirez l’histoire du Havre. N’hésitez pas à aller au Prieuré de Graville pour y voir un ensemble religieux d’architecture romane date du XIIIe siècle. Et pour la petite information, la majorité des musées sont gratuits les premiers samedi de chaque mois…Le muséum d’histoire naturelle est quant à lui tout le temps gratuit.

 Pour avoir un aperçu de la ville du Havre en peu de temps, l’office du tourisme propose des visites en autocar des années 50 de type Setra avec une comédienne comme guide. Je n’ai jamais fait cette visite, mais c’est une façon originale de découvrir la ville, non ?

Je ne vous raconte pas tout, il y a encore à découvrir. Il va falloir revenir plusieurs weekends pour découvrir toute la ville, voire même rester la semaine si vous voulez découvrir la région (Etretat, le pays de Caux, le pont de Normandie… c’est aussi chez nous !).

Office de Tourisme de l’Agglomération Havraise.
186 boulevard Clemenceau – BP 649 – 76059 Le Havre Cedex
Tél. : 02 32 74 04 04
Site www.lehavretourisme.com/

Passez la souris pour connaître les auteurs des photos, si il y en a pas, ceux sont mes propres photos.

Merci donc pour leurs aides :

Rose Photography : http://roselaphotograph.canalblog.com/
A little Piece : http://alittlepieceof.fr/
Drakkar Online :  www.drakkaronline.com/

Mais aussi :
Banque d’image sur la ville du Havre :   imagesduhavre.wordpress.com
Partir en France :  www.decouvrez.fr