| Paris. Nest, la cuisine viet’ revisitée

DSCF1803

Cela fait un bail que je n’ai pas posté, quasiment 6 mois. Il s’en est passé des choses, des projets, des vacances, des rencontres, des moments heureux et des moins. Bref rien de plus normal, mais comme je suis là que pour parler de ma « vie gustative » alors je ne m’épancherai pas davantage.

Cela fait longtemps que je ne vous ai pas parlé de virée parisienne, ça remonte même à l’année dernière, avec ce post sur cette adresse ultra-bobo’issime (ce mot sera dans le petit Robert 2016) Clint.
Depuis ce post, je suis retournée me délecter de saveurs brésilienne chez Gabriella, ai englouti quelques chocolats chauds, pris un café chez Folks and Sparrow, chez Cream ou encore au Poutch, me suis régalée de quelques Cheesecake chez Rachel’s, ai été déçue par Rose & Balery, savouré le gaspacho de la Maison Plisson, dégusté la glace à la fraise des bois de Kitsuné, ai salivé devant les aubergines sautées de Chine Gourmand, ai enfin testé Aki Boulangerie (leur melon pan au match est un délice !), ai gouté à l’institut suédois, me suis cassée le nez devant Siseng pour me retrouver assise à une table de Chez Marcel, ai enfin pu m’assoir devant un poulet citronnelle chez Aname, diné chez le plus que célèbre Ober Mama (et donc réussi à avoir une table un samedi soir sans réservation), digéré avec un Frozen Yogourt de Yogourt Factory ou encore croquer un bout chez 231 East Street.

Et ce n’est pas tout.

Pour terminer avec toutes ces adresses je voulais parler de Nest, une cantine qui propose une version visitée de la cuisine vietnamienne : un banh mi, version burger. Je vous avais proposé une recette en reprenant les bases de la « traditionnelle », mais les photos de ceux de Nest me donnaient envie d’y faire un tour. Après une déconvenue (fermeture exceptionnelle – poisse quand tu nous tiens -), j’y suis retournée avec Lettres Parisiennes, un samedi de juillet.

On se retrouve où ?

A deux pas de la rue Saint Anne, pas très loin de Télescope. Le lieu est petit, prévu pour une vingtaine de personne, autant dire qu’il vaut mieux éviter les heures de pointes si vous vous lez manger sur place. Pour les plus pressés, vous pouvez commander à emporter. Néanmoins, même si vous partagerez vraisemblablement la table avec votre voisin, la décoration est joliment faîte, avec une touche « récupération ».

On a droit à quoi dans l’assiette ?

DSCF1805

Avant de parler des burgers, il faut savoir qu’il y a pas que cela à la carte.  En entrée, on peut choisir des banh cuon ou des rouleaux de printemps, toujours en version revisitée. De mémoire, une salade. Nous sommes arrivées en fin de service, nous n’avons pas pu y gouter. Quant aux burgers ils sont accompagnés d’une salade, et peuvent être veggie. Ce jour là un au poulet et un second végétarien ont été goutés, les deux estomacs ont été ravis, sachant que l’un deux n’est pas forcément fan de la cuisine vietnamienne. Le burger ainsi que la salade sont très justement assaisonnés, agréablement parfumés, le bémol étant qu’il ne rempli pas un estomac. Savoureux mais pas assez généreux. En dessert nous avions choisi une salade toute aussi goutûe et un tapioca au lait de coco & cacahuète. Je n’avais jamais goûté un tapioca servi de cette manière j’ai adoré. Un beau plus, la carte se renouvelle régulièrement.

DSCF1812

Aimable la dame de l’accueil ?

Rien à redire, le serveur court pas mal mais toujours avec le sourire.

Faut que j’appelle mon banquier pour rallonger mon découvert ?

Le prix du burger est très abordable, moins de 7€, mais attention sans frites, juste une salade. Le reste des prix est abordable, vous pouvez y manger pour une douzaine d’euros.

D’autres avis sur la question : Flo, My Parisian Life (En anglais), Les Taster.

Nest Paris
9 Rue Villedo75001 Paris
Métro : Pyramide
Ouvert seulement les midi du lundi au samedi.

| Yaki… Yakinikudon ?

Yakinikudon

La semaine passée, je suis retournée chez Higuma, rue St Anne. Cela faisait très longtemps que j’y avais mis les pieds et manger le yakinikudon. Je m’en suis régalée ce soir là, avec quelques gyozas et une soupe miso. Du coup je n’ai pas eu envie de nouveau attendre tant de mois pour goûter au yakinikudon, j’ai trouvé une recette sur le net qi m’a donné toute satisfaction !

Ingrédients pour deux : 220g de riz vinaigré / 250g de boeuf émincé ou deux steaks / 1 échalote / 1 cs sucre en poudre / 2cs de mirin / 1 cs de saké de cuisine / 3 cs de sauce soja japonaise /1 sachet de dashi en granules dilué dans 250 ml d’eau / huile et si vous avez un peu de beni shoga pour accompagner, c’est le top !

Commencer par faire cuire le riz, je l’ai légèrement vinaigré mais je ne crois pas que ce soit dans la recette traditionnelle ! Mélanger le dashi, le sucre, le mirin, le saké et la sauce soja. Emincer l’échalote, le boeuf puis faire revenir l’échalote puis y ajouter le boeuf. Quand il est mi-cuit, ajouter le mélange dashi/mirin/saké/sucre/soja. La cuisson est terminé quand la sauce devient sirupeuse. Servir avec le riz chaud et un peu de beni shoga.